NOS CINQ PRINCIPES D’ACTIONS 

  • Elle met l’accent sur la nécessité d’une bonne répartition des rôles, des responsabilités, des tâches et des pouvoirs au sein de l’organisation;
  • Elle implique que l’échelon supérieur ne doit pas faire ce que peuvent valablement faire les unités qui lui sont rattachées;
  • Elle oriente le rôle de la hiérarchie vers l’animation, la formation, la coordination et le contrôle;

Elle s’appuie sur le constat selon lequel, les titres et les fonctions n’ont aucune valeur tant que les personnes qui sont titulaires des postes ne prouvent pas leurs compétences. En d’autres termes, toute autorité doit être méritée pour pouvoir être exercée. En clair, l’homme qu’il faut doit être à la place qu’il faut.

Elle suppose que les différents acteurs tant au niveau de la gouvernance que des agents de l’organisation doivent se faire mutuellement confiance.

La confiance, comme l’autorité, doit se mériter, être éprouvée et, en cas de besoin être retirée sans état d’âme.

Elle oblige à partager les informations et les idées, à analyser ensemble les problèmes et à s’entraider dans les réflexions et les difficultés;

Elle enrichit la préparation des décisions;

Elle donne aux décideurs de meilleures conditions d’efficacité, d’objectivité et de sécurité au moment de faire leur choix;

Elle oblige à partager les informations et les idées, à analyser ensemble les problèmes et à s’entraider dans les réflexions et les difficultés;

Elle enrichit la préparation des décisions;

Elle donne aux décideurs de meilleures conditions d’efficacité, d’objectivité et de sécurité au moment de faire leur choix;